Poèmes divers

Ch'dernier d'el classe

Su l'coup d'huit heures et d'mie i rassaque es'carnasse

Qu'i avot j'té dins un coin ... pour pas qu'al prenne trop d'plache,

I l'accroche à sin dos, i s'in va in chifflant,

Les deux mains dins ses poches, in dirot d'jà un grand.

I n'a qu'tros quat' chints mètes pour aller à l'école

Mais i passe un quart d'heure à taper dins l'castrole

Qui traîne là dins ch'rucheau et qui n'attindot qu'li

Pour faire un bout d'quémin, vire un n'tiot peu d'pays.

Comme i s'arrête souvint su l'plache un n'tiot momint

Pour abatte quèques marrons quand qu'ch 'est qu'y nn'a grinmint,

Et qu'i prind tout sin temps pou n'in rimplir ses poches,

Quant' i' arrife y a longtemps qu'in a fait sonner l'cloche!

Dins ch'couloir i busie à cha qu'i va bien dire

Quand i va pousser l'porte et qu'ech clerc i va l'vire;

I buque un cop duchemint in trannant comme eune feulle,

Ech'maîte i crie « entrez», alors i passe es'neulle.

I s'assit dins sin coin près d'ech radiateur

Et i déballe sin sac, cha n'i arprind un quart d'heure;

El'temps qu'i s'mette in route, les autes i z'ont fini,

Ch'est rien car i'a pas querre faire d'el géométrie!

D'ailleurs quo qu'ch'est qu'i a querre, i n'réussit dins rien,

Jamais qu'su sin cahier i n'a vu rire un « bien» ;

El jour qu'i réfléchit i met deux S dins ch'mot...

Bardouf ! Ch'arrest pour li, i nn'avot cor un d'trop!

Passé, présent, futur, tout i s'mélange dins s'tiête ;

Verbe, adjectif et nom, attribut, épithète,

I toulle, i ratatoulle, i nn'arconnot pas un !

Après tout, l'nom d'sin père i n'el connot même point!

Mais pour briquer ch 'tableau i n'a pas sin parelle !

Ch' est li qui sortira pour vidier ch' el corbelle !

Quand ch'facteur s'ra passé i'ira querre ech' courrier. ..

Si y'a d'el neiche qui quet i l'arverra l'premier!

Habile qu'y seuche dix heures, qu'i s'arposse al'récré,

Car si cha continue es'tiête al va funquer.

P'tête qu'ech' t'après-midi in va faire eune promenate,

Cha li plaît cor assez, i connot tous chés' apes !

I sait bien qu'y a d'z'halaux dréchés près d'el rivière

Et qu'par in d'zous d'ech quêne in treufe des glands pleins d'viers !

Qu'fi n'prind pas du séhu pour faire eu ne arbalète

Qu'in casse plutôt eune branque dins in ape à nojettes !

Mais allez fourrer cha dins eune composition !

Surtout qu'monsieur i d'mante qu'in écrife ches vrais noms!

I f'ra comme d'habitute, i'écrira n'importe quoi!

Ah si seulemint i'avot eune compote ed'patois.

Christian Delattre

_______________________________________________________________

Deux extraits de chansons de Jules Watteeuw dit le Broutteux

(= conducteur de brouette, emblème de Tourcoing) typiques par la passion quasi

"identitaire"des Nordistes pour les pigeons et le café.

Le Coulonneu (chanson 1881, premier couplet parmi 6 et refrain)

Couplet 1

Ah tins ! ch’est vous ? Quo qu’ vous avez Adèle

Qu’in n’vous vot pus jomais à nou majon ?

C’matin acor je l’dijos à Fidèle :

Quo qu’y arot bin, veyons pou tcheue raijon ?

« Ah ouais ! Taiji vus Elisse !

ch’est que j’nai pos l’tchoeur contint,

T’nez pernez inn’ petit’ prisse

J’vas vous conter min chagrin »

Refrain

« Mon Di, mon Di Elisse

Wetti qu’ch’est malheureux

Ed vire qu’min Batisse

Y a tourné coulonneu !»

__________________________________________________

L’ Café (chanson 1882, premier couplet parmi 6 et refrain)

Couplet 1

Au p’tit jour sitot qu’in s’évelle

In va caresser l’marabout

Au moulin tournant l’manivelle

In attind l’eau su l’fu qui bout

Je n’connos pos d’pus belle musique

Que tchante l’café dins l’moulin

L’petit pinchon fait « tchichouite »

Dins s’dgeole y-accompagne au r’frain

Refrain

Ah ! Tcheu bonheur

De boir’ cheul’ petit’ tasse

In sint bin d’ù qui passe

Cha fait douch’ à sin tchoeur (bis)

Typique à nouveau: tchante (chante), d'geole (geole= cage), tcheu (quel)

___________________________________________________

Ci après courte pasquille de 1891

Charlotte

L’homme à Charlotte y est su sin lit

Bin amoutchi d’in romatique : (amoutchi doit se dire "amouqué" en Lillois)

« J’sins bin que j’vas morir, qu’y dit,

Pou mi n’a pus ni crac ni cric

Acor si j’aros l’tchoeur contint !

Mais einn saquo fait min tourmint : einn saquo= quelque chose (un je ne sais quoi)

Acout’ femm’ tout bas à t’n orelle

Nou vijin, Cho Bedjin : nou= notre, nous se dirait "nousaut' "

Qui est toudi chi qui trandelle

J’sus seur que tchand que j’trai moru

Y va te t’demander in mariache

D’vant deux mos y tra raccouru

Méfie-t’ sais-t’ ! y n’a pos d’corache

Ch’est un oj’leu, ch’est un buveu : oj'leu= oiseleur (de pinsons!)

Y est toudi din les tchamps qu’y drache : (drachi veut dire se précipiter, mais eunn drache= une averse

Mi j’nai jomais povu l’sintir

Si te l’fais te vas t’erpintir »

Sos trintchill va, répond Charlotte,

J’ai donné m’parole à in aute.